Sale temps pour les grenouilles

Sale temps pour les grenouilles

Attention, burn-out !

Je m appelle Hadrien Lapousterle et je travaille aux Éditions Galvani. De l'avis général, je suis un type posé et pacifique. Pourtant, il n'a fallu que quatre mois pour faire de moi un tueur. Ma cible, c est mon chef, Grégoire Delahousse. Il vient d être nommé à la tête du pôle Arts et Savoirs. Un harceleur, un costkiller... Cerise sur le gâteau, c est le parfait sosie du Dr House, et il est aussi toxique pour son entourage que son modèle cathodique. Au bout de quelques mois, le service entier est en burn-out. Pas le choix ! Je dois me débarrasser de ce boss machiavélique. Souhaitez-lui bonne chance...

Une comédie noire contre le harcèlement au travail et le burn-out, un hommage aux séries télévisées et à la culture populaire.

Isabelle Bourdial

Fanny Crouy.jpg

Acheter le livre

4_etoiles.png

babelio.com

15 mars 2020

Les ingrédients de cette excellente comédie noire ? Des séries à profusion, l'absurdité du monde l'entreprise qui fait ressortir le pire chez chacun d'entre nous, une plume en forme de scalpel affutée et à l'humour incisif ! On en redemande de ces grenouilles qui ne seront pas les seuls à finir à la casserole… toujours se méfier de l'eau qui boue et des gens que l'on tente de jeter dedans ! Que les petits ou grands harceleurs du monde du travail se le disent, la révolte gronde avec humour certes mais aussi avec armes et bagages !

MCMB

4_etoiles.png

babelio.com

9 novembre 2019

Le pôle Arts et Savoirs d'une maison d'édition se voit pourvu d'un nouveau directeur, Grégoire Delahousse. Ses méthodes managériales malveillantes tout comme la dégradation des conditions de travail dont il est à l'origine vont très rapidement détériorer l'ambiance au sein du pôle. A tel point qu'Hadrien Lapousterle, responsable du département Histoire et Civilisations, décide de supprimer son N+1.

Ecrire un livre sur le harcèlement moral et le burn-out, c'est délicat. Difficile de trouver le parfait équilibre. Il faut faire preuve de réalisme sans devenir plombant pour autant. Isabelle se sort de l'exercice avec les honneurs. le livre est à la fois sérieux et plein d'humour, frôlant parfois le cynisme (ou bien est-ce du réalisme ?). Pour vous donner une idée, le style employé m'a parfois un peu fait penser à Jonas Jonasson.

Si la dénonciation est faite dans le cadre d'une maison d'édition, elle est facilement transposable à n'importe quel secteur professionnel. Qui n'a jamais croisé un de ces êtres toxique et arriviste comme Grégoire Delahousse ? Vous savez, ceux qui, pour parvenir à leurs fins, n'hésitent pas à mentir, manipuler, souffler le chaud et le froid, diviser pour mieux régner… Qui n'a jamais constaté la dégradation de son environnement de travail et l'augmentation de la pressurisation des équipes sous couvert d'un environnement économique défavorable ? Qui n'a pas autour de lui, une personne qui est, a été ou a frôlé le burn-out ?

La descente aux enfers d'Hadrien est très habilement restituée. On se sent oppressé et impuissant pour lui, même si on a en même temps envie de lui mettre des coups de pied aux fesses pour qu'il se sorte de cette situation (ben oui, « on » n'a pas Grégoire Delahousse sur le dos à longueur de journée, donc « on » rue facilement dans les brancards 😁).

Ce livre est également un bel hommage à la cohésion d'équipe, avec une galerie de personnages très attachante.

Bref, un moment très sympa avec un livre qui pourrait être remboursé par la Sécu.

pikanelle

4_etoiles.png

babelio.com

23 juillet 2019

Hadrien Lapousterle travaille aux éditions Galvani. Grégoire Delahousse, son boss, est le portrait craché du docteur House et rend la vie impossible à ses employés. Hadrien, sur le point de craquer, décide de l'éliminer.
Voilà le point de départ de cette histoire jubilatoire.
Je vous entends déjà : "Comment ça jubilatoire ?  On nous avez dit que c'était un livre sur le harcèlement au travail et le burn-out "
Oui, oui,  vous n'avez pas tord, mais c'est avant tout une comédie noire dont le thème principal est le harcèlement au travail, la relégation au placard, les mesquineries. Isabelle Bourdial y dénonce les méthodes managériales de pressurisation, mieux elle en explique leur fonctionnement. Mais ne vous y trompez pas, tout cela est fait de façon subtile. Elle distille ces informations de manière presque ludique. On s'en amuse, elle nous amuse avec ce sujet grave. Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, elle nous associe à ce jeu de massacre et s'en est jubilatoire.
On a tous connu un Grégoire Delahousse. Un jeune cadre ambitieux qui cherche à faire sa place en écrasant les autres. Un type a l'allure sympa qui vous flatte pour mieux vous tirer un balle dans le dos. Un qui n'a que mépris pour ces collaborateurs et je ne vous parle même pas de ces collaboratrices. Grégoire Delahouse est de cette engeance. le mec qui vous humilie devant tout le monde alors qu'il vient en privé de vous féliciter. Enfin vous féliciter, vous dire que ce que vous faites c'est bien, ou plutôt  que c'est pas mal mais on pourrait, vous pourriez faire mieux.
Avec lui le harcèlement n'a plus de limite. Il manipule, il monte les équipes contre leur chef de groupe, il divise pour mieux régner. La stupidité et les mesquineries sont légions pour arriver à ses fins car et en plus Delahousse a l'âme d'un cost killers.
Et ça Hadrien Lapousterle va finir par s'en rendre contre à ses dépends. Aussi va -t-il vouloir éliminer celui par qui tout le malheur, tous ses malheurs sont arrivés. Aussi quand ces collègues et amis sont eux aussi pris dans cet engrenage, celle des humiliations, des mensonges, des vexations. Que la paranoïa gagne la belle bande. Que Kumi, Marc, Raphaelle, Pierre et même Slim partent en vrille, il est pour lui plus que temps d'agir.
Alors attention, vous êtes prévenus avec Isabelle le burn-out et harcèlement au travail n'auront plus de secret pour vous car avec ses grenouilles, elle nous offre une comédie noir et caustique sur la noirceur impitoyable du monde de l'entreprise. Elle manie l'humour et le cynisme pour démonter elle aussi les mécanismes du management de la terreur.
Mais le coup de force de notre auteur c'est que pour dénoncer ces pratiques, et les combattre sans relâche, elle a pris le parti de traiter le sujet sous la forme d'une comédie noire, pour y injecter un peu de légèreté et prendre de la distance par rapport à une situation qui sent  le vécu.
Et quoi de mieux que l'écriture de cette comédie jouissive et hilarante pour évacuer les séquelles que provoquent ce genre de harcèlement moral voire physique même et encore plusieurs années après.
Quand je vous dit que l'écriture mais aussi la lecture à quelque chose de thérapeutique et de cathartique. Surtout quand c'est Isabelle Bourdial qui est à la manoeuvre et qu'elle nous offre un roman réjouissant, drolatique et facétieux.
Merci madame ma légiste d'avoir si bien disséqué ce fléau qu'est le harcèlement au travail et de l'avoir mis KO à coup d'humour noir, je vous reconnais bien là !
Et moi maintenant j'attends la suite !

collectifpolar